Le réseau de soutien dans le rétablissement

La consommation ou le jeu peuvent avoir suscité des conflits, effrité certaines relations et/ou généré de l’isolement. Ainsi, dans le rétablissement, il est parfois nécessaire de se refaire un cercle social sain qui respecte vos besoins et vos limites, afin de vous sentir bien et de pouvoir cheminer positivement dans votre rétablissement tout en ayant un filet de sécurité.

De plus, le fait d’avoir du soutien social est associé à un meilleur état de santé, puisque les réseaux de soutien agissent comme coussin protecteur contre l’adversité, contribuent à la résolution de problèmes, donnent une impression de maîtrise et offrent des ressources pour améliorer la qualité de vie.

Le soutien social que reçoit un individu peut provenir de plusieurs sources comme la famille proche, la famille élargie, les amis, des gens avec qui vous partagez une passion, des intervenants, des spécialistes de la santé, des ressources d’aide, etc. Chaque personne de votre réseau social joue des rôles variés dans votre vie, puis elles vous offrent du soutien à différents niveaux. D’ailleurs, on distingue 4 types de soutien, soit le soutien émotionnel, l’aide concrète, le soutien informationnel et l’accompagnement social.

Pour les personnes ayant une dépendance et qui adhère au mode de vie des 12 étapes, les fraternités anonymes peuvent faire partie de votre réseau de soutien social. Les membres des fraternités anonymes peuvent t’apporter du soutien, de l’écoute et des conseils dans ton rétablissement. En effet, il peut être apaisant et rassurant d’avoir dans ton réseau de soutien des personnes qui te comprennent réellement et qui t’acceptent tel que tu es.

L’intégration sociale est une bonne manière de briser l’isolement. Elle se mesure par le nombre de rôles qu’occupent l’individu (parent, étudiant, voisin, ami, etc.), mais aussi par la fréquence de ses activités sociales (participation sociale). La participation sociale peut se faire de différentes façons, soit en s’impliquant et en prenant une tâche dans un meeting, en se joignant à un groupe avec qui vous partager une passion commune (ex : cours de dessin, équipe de hockey, groupe de lecture…), en faisant du bénévolat, en participant aux événements mis en place dans votre communauté, etc.

Bon 24h.
Maude, intervenante à la Maison la Margelle.

Patargez l’article :

Share on email
Courriel
Share on facebook
Facebook